Sorties cinéma : les films à ne pas manquer cette semaine de vacances scolaires

Un autre monde, Maison des filets, La Vraie Famille, King… Nous avons demandé aux réalisateurs du Centre-Val de Loire de nous donner leurs coups de coeur parmi les lots pour ce mercredi 16 février.

La grosse voiture hollywoodienne est en marche ce mercredi 16 février. Après une hype, le blockbuster Uncharted, adapté du jeu vidéo du même nom et mettant en vedette Tom Holland dans son casting, sort enfin après des mois de retard.

A l’affiche également sur les écrans d’After Blue (vente Paradise), le space opera de Bertrand Mandico après le déstabilisant Les Garçons sauvages, et le biopic Dans les yeux de Tammy Faye, qui a valu cette année à Jessica Chastain une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice.

Pour compléter la liste, France 3 a demandé à deux réalisateurs de films du Centre-Val de Loire de raconter leurs coups de cœur de la semaine. Coups de coeur 100% cocorico !

Cinquième collaboration entre le réalisateur Stéphane Brizé et l’acteur Vincent Lindon, Un autre monde est une nouvelle fresque sur « tout ce qui ne va pas dans notre société, ce qui est imposé aux salariés », explique le réalisateur d’art et de l’assassinat des Carmes à Orléans, Michel Traversier. . Lindon fait désormais partie d’une grande entreprise, contrainte par sa direction d’établir un plan de licenciement. Le troisième volet de la trilogie informelle du réalisateur sur le monde du travail après La Guerre en 2018 et la loi du marché en 2015, qui a valu à Vincent Lindon le prix du meilleur acteur à Cannes.

Avec Un autre monde, Stéphane Brizé « retrouve un souffle qu’il a peut-être perdu sur En guerre », avec la même « énergie à dénoncer les dérives ». Selon Michel Ferry, le film, qui a commencé avant le confinement, trouve aussi « un écho très actuel de la perte de sens de ce que nous faisons dans notre système ». Egalement au casting : Sandrine Kiberlain et l’étoile montante Anthony Bajon. À ne pas manquer.

Thomas Gilou revient devant les caméras, dix ans après l’échec critique de La vérité si je mens ! 3. Kev Adams (également dans le scénario) joue un jeune homme condamné à des travaux d’intérêt général dans une maison de retraite. Et donc on suit « une belle dynamique d’implantation entre lui et les habitants, dont des monstres comme Gérard Depardieu et Daniel Prévost », s’enthousiasme Devy Thuillier, directeur du multiplex CGR de Bourges.

Le responsable a expliqué que la maison de retraite n’est pas « encore un prétexte pour se moquer des personnes âgées », mais « une appréciation des résidents et du personnel des maisons de retraite ». Une question qui tombe à point nommé dans l’actualité, avec le déclenchement de l’affaire Orpéa. « La maison de retraite est leur dernier lieu, il faut qu’elle soit pleine de vie, et le film montre la routine, et le fait que les seniors ne veulent pas seulement jouer aux cartes et regarder la télé toute la journée », explique Devy Thuillier.

Le deuxième film de Fabien Gorgeart, La vraie famille, est « un beau film sur les familles d’accueil », dit Michel Ferry des Carmes d’Orléans. Selon le scénario, une famille d’accueil doit démissionner pour laisser un enfant, dont la famille biologique tente de récupérer la garde. Un film forcément mélancolique, mais aussi « de joie et d’émotion ».

Primé au Festival du film francophone d’Angoulême, le film permet à Mélanie Thierry d’offrir « un spectacle poignant » en mère adoptive, obligée de regarder ce qu’elle a toujours appelé sa « mère ». Le père est incarné par un « formidable » Lyes Salem, aperçu récemment dans l’ADN de Maïwenn.

Sorti en pleine deuxième semaine de vacances scolaires en Centre-Val de Loire, King est « le film parfait pour les grands-parents qui ont la garde de leurs petits-enfants et veulent les emmener au cinéma », estime Devy Thuillier, du CGR. . de Bourges. A la suite de deux enfants, il décide de faire venir en Afrique un lionceau échappé du trafic d’animaux sauvages. L’occasion pour eux de se remettre en couple avec leur grand-père « un peu fou », incarné par Gérard Darmon, grâce auquel « d’un coup l’aventure impossible devient possible ».

Pour le réalisateur, le film propose un mélange de « belles sensations et de belles images », avec « un rythme de 100 heures » et un « beau message » : « si vous voulez voir des animaux sauvages, comme dans je connais la nature. « Ce n’est pas crédible, mais cela n’a pas d’importance », a-t-il déclaré.

Comme de nombreuses salles de cinéma en France, Les Carmes diffusent deux films du réalisateur japonais Kinuyo Tanaka, qui ne sont plus sortis depuis les années 1950. Elle est déjà connue comme actrice auprès des plus grands réalisateurs de l’époque, d’Ozu à Kurosawa en passant par Mizoguchi et Naruse. , celles-ci. les sorties tardives « sont venues au bon moment pour nous rappeler qu’il y avait, bien avant, de très grandes réalisatrices ».

– Media Crash – Qui a tué le débat public ? de Luc Hermann et Valentine Oberti, réalisé notamment par Médiapart, sur la question de la concentration des médias français par des milliardaires. Sorti le 16 février, le film sera présenté aux Carmes en présence de Luc Hermann le mardi 22 février à 19h30.

– La Brigade de Louis-Julien Petit avec notamment Audrey Lamy et François Cluzet, en avant-première le vendredi 4 mars au CGR de Bourges à 19h30, en présence de l’équipe du film.

– Notre-Dame brûlée, de Jean-Jacques Annaud, sera présenté en avant-première au CGR Bourges le jeudi 10 mars à 20h, en présence du réalisateur. Le film a été tourné en partie dans la cathédrale de Bourges.