Pour la sortie du film Vaillante, les femmes pompiers de Cambrai racontent leur métier aux enfants

Le film Vaillante, qui sortira en salles ce mercredi 2 février, a de quoi marquer toute une génération d’enfants : les femmes pompiers de Cambrai en sont convaincues. Avec les voix d’Alice Pol, Valérie Lemercier ou Elie Semoun, ce film d’animation franco-canadien raconte l’histoire d’une jeune fille qui rêve de devenir pompier à New York dans les années 1920… à une époque où ce métier était interdit aux femmes .

Pour voir ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies publicitaires.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêts.

Dans la vraie vie, en France, le métier n’est accessible aux femmes que depuis 1976, et le taux de féminisation reste faible : 13,7 % dans le Pas-de-Calais, 12 % dans le nord, et professionnels et bénévoles confondus.

Les femmes pompiers de Cambrai se sont donc mobilisées ce mercredi 2 février pour sortir le film. Ils ont tenu un stand d’information dans la salle du palais et ont même amené de vrais camions devant le cinéma.

« Si c’est ton rêve, personne ne peut t’arrêter ! »

"Si c'est ton rêve, personne ne peut t'arrêter !"

Chacun à la suite, les enfants posent devant un camion rouge trois fois plus gros qu’eux. « Devenir pompier, c’est mon rêve depuis que j’ai 5 ans ! », se demande Zyad du haut de ses 6 ans. Il a conduit 45 minutes avec ses parents pour voir ses jouets grandeur nature. Le métier fait aussi rêver les filles, comme Lée, qui apparaît sur les photos : « Elle cherchait un uniforme de pompier pour Noël, explique Claudine, sa grand-mère. Alors j’ai pensé que ce serait bien de l’emmener ici, pour souligner l’engagement de la femme. à la lutte contre l’incendie. »

C’est aussi l’occasion d’échanger sur le métier et l’emploi en amont de la séance. Sylvie Routier, pompier volontaire depuis plus de 15 ans, en a eu l’idée. À ses débuts, elle était souvent l’exception : « Il fallait vraiment laisser sa marque, dit-il. Lors de la formation initiale, j’avais l’impression qu’il fallait en faire deux fois plus pour vraiment prouver que je pouvais être là. Les salles étaient même pas pratique : douches et toilettes séparées, on dormait en plein milieu du dortoir des hommes…  » Aujourd’hui, il reprend volontairement le moral du film. Vaillante : « Si c’est ton rêve, personne ne pourra t’arrêter ! »

Ce n’est que l’an dernier que la caserne de Cambrai a accueilli sa première et unique pompière professionnelle, Sarah La Piccirello, qui espère inspirer les plus jeunes : « Je pense que le fait que je sois arrivé suscite envie et espoir pour les jeunes recrues. J’essaie de leur transmettre les valeurs qui ont fait ma réussite.» Aujourd’hui, seuls 3% des sapeurs-pompiers professionnels sont dans le Nord.