CODA, le remake de La Famille Bélier, aura droit à sa sortie en salles

CODA, le remake américain du film d’Éric Lartigau aux plus de sept millions d’entrées, avait surpris en mars dernier en remportant l’Oscar du meilleur film. Distribué par Apple TV+, le film sortira finalement en salles le week-end prochain, mais pour seulement deux jours.

Le 27 mars dernier, CODA devenait le premier film diffusé sur une plateforme de streaming à remporter l’Oscar du meilleur film, volant ainsi la vedette à Netflix, qui pourtant avait débuté comme un favori du dernier film de Jane Campion, The Power of the Dog. Compte tenu de la chronologie médiatique actuelle, le film de Siân Heder, disponible pour les abonnés Apple TV+ depuis août dernier (la plateforme ayant racheté les droits de distribution du film après le succès du film à Sundance), ne pouvait a priori pas aller au cinéma. Enfin, les sociétés de production françaises Pathé Films et Vendôme Films, productrices du film d’Éric Lartigau et du remake américain, ont obtenu une dérogation du CNC (Centro Nacional de Cinema e Imagem Animada) pour organiser la sortie du film en salles, mais seulement pendant 48 heures.

En effet, Le film français informe que Pathé a obtenu un visa temporaire du CNC qui autorise la sortie du film dans les salles françaises les 23 et 24 avril, auquel participeront plus d’une centaine d’écrans en France (un total d’environ de 270 séances, selon les données de Boxoffice Pro), à commencer par quelques circuits de cinéma privilégiés – Pathé Gaumont, CGR, Kinépolis et Grand Ecran – ainsi qu’un certain nombre de cinémas indépendants.

Un dispositif inédit rendu possible grâce à un décret entré en vigueur le 28 février portant code du cinéma et de l’image animée et modifiant sensiblement les règles d’octroi d’un visa temporaire. Un arrêté donne aux diffuseurs deux possibilités : 30 expositions maximum (100 pour les documentaires) et sans limite de temps, ou 500 expositions maximum pour seulement deux jours d’exploitation. C’est cette dernière option qui a été retenue pour CODA.

Ce nouveau dispositif pourrait marquer un tournant dans la stratégie des plateformes vis-à-vis des cinémas et inversement. « Il y aura une à quatre séances par cinéma (…) C’est symbolique. Mais cela nous permet de rendre hommage à cette coproduction franco-américaine, qui n’a pas vocation à être montrée plus tard », précise le CNC dans les colonnes du Parisien. Dans sa version originale, ainsi que dans sa version française, CODA sera présenté avec des sous-titres pour être accessible aux sourds et malentendants.