Ce film interdit aux moins de 16 ans qui a choqué de nombreuses personnes lors de sa sortie au cinéma il y a 45 ans ressort en salles

A sa sortie en France en 1976, le film scandalise ceux qui critiquent la violence tragique. Salo ou les 120 journées de Sodome, réalisé par Pier Paolo Pasolini, devrait sortir en salles le mercredi 1er juin et est toujours interdit aux moins de 16 ans.

Encouragé par les 120 jours de Sodome, la non moins scandaleuse œuvre du Marquis de Sade, le film réalisé par le réalisateur italien a secoué le monde du cinéma, et a été censuré dans plusieurs pays. Le plan remonte au XXe siècle, lorsque le fascisme est apparu, et a eu lieu dans la ville italienne de Salo, que Mussolini a nommée capitale du gouvernement fasciste en 1943. Quatre hommes riches s’y sont rendus et ont arrêté plusieurs personnes. Les jeunes pour assouvir leur sombre bonheur. Après l’histoire de Sade, le film présente des images d’humiliation et d’abus sexuels. Le long métrage est divisé en quatre images faisant référence aux noms de Dante’s Inferno qui reprennent ceux des cercles intérieurs. Après le premier volet consacré à la décoration, le volet suivant s’intitule « Le cercle des passions », qui met en scène plusieurs scènes de viol. Il est suivi de « Shit Areas », qui dépeint des scènes, puis le film se termine par un « cycle sanguin » avec des scènes de torture, de mutilation et de meurtre.

Se présenter comme une condamnation du fascisme, Salo ou les 120 journées de Sodome est souvent perçue comme intolérable. Pour certains des critiques qui ont sorti ce film, cette critique fasciste lui a donné un « film honteux, dont on ne peut tolérer qu’aucun spectateur se sente pollué, quelle que soit la capacité apparente du cinéaste ». Pasolini a sans doute répondu : « Je pense que le scandale est justifié. Être calomnié, c’est être heureux, et refuser d’être calomnié est moral », déclarait-il dans une interview en 1975.