Au moins 23 morts et 140 blessés dans de violents affrontements entre milices rivales à Tripoli, la capitale libyenne

(CNN)Au moins 23 personnes sont mortes et 140 ont été blessées dans de violents affrontements entre milices libyennes rivales à travers la capitale du pays, Tripoli, a annoncé samedi le ministère libyen de la Santé.

Des combats intenses ont éclaté dans la capitale pendant la nuit alors que des factions rivales échangeaient des coups de feu intenses et que plusieurs fortes explosions retentissaient à travers la ville. Des images et des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent l’ampleur des affrontements avec des dizaines de bâtiments, dont des résidentiels, détruits et plusieurs voitures brisées et incendiées.

La Libye est divisée entre les factions belligérantes depuis 2014, à la suite du soulèvement de 2011 soutenu par l’OTAN contre Mouammar Kadhafi.

Le gouvernement d’unité nationale (GNU), soutenu par l’ONU, a déclaré sur sa page Facebook officielle que les affrontements « ont été déclenchés par un groupe militaire tirant au hasard sur un convoi passant dans le quartier de la rue Zawia, tandis que des groupes armés se rassemblaient à la 27e porte à l’ouest de Tripoli. et la porte Jebs au sud de Tripoli. »

Le Premier ministre par intérim du pays, Abdulhamid Dbeibeh, chef du GNU, est basé à Tripoli, dans l’ouest de la Libye. Le bâtiment du parlement à Tobrouk, dans l’est du pays, est le siège d’un gouvernement rival dirigé par le Premier ministre Fathi Bashagha.

Bashagha a tenté d’entrer et de prendre le contrôle de Tripoli car il prétend que le GNU est illégal et devrait se retirer. Le GNU a refusé et a affirmé que le pouvoir devrait être transmis pacifiquement par le biais d’élections, et non par la force.

La municipalité de Tripoli a tenu à la fois le gouvernement d’entente nationale reconnu par l’ONU et l’armée nationale libyenne pour responsables de la détérioration de la situation dans la capitale, selon l’agence de presse libyenne LANA, l’agence de presse officielle du gouvernement internationalement reconnu.

Il a également appelé la communauté internationale à protéger les civils, a rapporté LANA.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé samedi à « l’arrêt immédiat » des violences.

« (Le secrétaire général) exhorte les parties libyennes à engager un véritable dialogue pour sortir de l’impasse politique actuelle et à ne pas recourir à la force pour résoudre leurs différends. Il appelle en outre les parties à protéger les civils et à s’abstenir de prendre des mesures qui pourraient aggraver les tensions et approfondir les divisions », a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général.

« Les Nations unies restent prêtes à offrir leurs bons offices et leur médiation pour aider les acteurs libyens à tracer une voie pour sortir de l’impasse politique, qui menace de plus en plus la stabilité durement acquise de la Libye », a déclaré Dujarric.

L’ambassadeur américain en Libye, Richard B. Norland, a insisté sur l’importance « d’éviter les affrontements violents à Tripoli », selon un tweet de l’ambassade américaine en Libye.

Norland a déclaré que lui et le président du Conseil présidentiel Menfi avaient discuté vendredi de la nécessité d’une désescalade, a tweeté l’ambassade samedi.

« Nous avons convenu de la nécessité urgente de finaliser une base constitutionnelle et d’aller vers des élections, ainsi que de l’importance de prendre des mesures pour renforcer la transparence et la responsabilité dans la gestion des revenus pétroliers libyens », ajoute le tweet.

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye a déclaré samedi dans un tweet qu’elle était « profondément préoccupée par les affrontements armés en cours, notamment les bombardements moyens et lourds aveugles dans les quartiers peuplés de civils à Tripoli, qui auraient fait des victimes civiles et endommagé des installations civiles, notamment des hôpitaux ».

« L’ONU appelle à une cessation immédiate des hostilités et rappelle à toutes les parties leurs obligations en vertu du droit international des droits de l’homme et du droit humanitaire de protéger les civils et les biens de caractère civil », ajoute le tweet.